Sous le sigle « UC », se cachent « les Unités de Compte », ces supports d’investissement qui vous sont proposés au sein de contrats d’assurance vie ou de contrats retraite multisupports (PERP, Madelin,…).

 

Vous envisagez de souscrire un contrat d’assurance-vie ou un PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire). Votre conseiller en gestion de patrimoine vous proposera deux options : un contrat en euros ou un contrat en unités de compte (UC) que l’on nomme aussi contrats « multisupports ».

 

Avec un contrat multisupports, vous accédez à :          

  • un fonds en euros à capital garanti,
  • un choix large de supports en unités de compte (UC) parfois bien plus volatils mais offrant des perspectives de rendements plus performants dans la durée.

 

A l’opposé, un contrat monosupport euros (de plus en plus rare à la souscription) concerne les personnes qui ont une réelle aversion au risque ou un âge très avancé et qui souhaitent, avant tout, sécuriser l’ensemble de leur capital. En effet, en contrepartie du(des) versement(s) réalisé(s),  la compagnie d’assurances s’engage à verser, au terme du contrat, le capital augmenté des intérêts capitalisés, déduction faite des frais.  Ce type de fonds à capital garanti protège votre épargne, car celle-ci est essentiellement placée sur des placements obligataires ; le solde (en général moins de 15%) étant composé d’actions, d’immobilier, voire de produits dérivés.

 

Avec un contrat multisupports, le souscripteur doit s’interroger sur la juste répartition de son investissement entre le fonds en euros et  les supports en UC, puis sélectionner les supports en UC selon l’objectif de performance poursuivi, la durée d’investissement et le degré de risque qu’il est prêt à prendre.              

 

Unités de compte : comment ça marche ?

Si vous souscrivez des supports en unités de compte, vous faites le choix de placer votre argent dans des actifs financiers variés. Votre argent peut  être investi dans des parts d’Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM), des Sociétés d’Investissement à Capital Variable (SICAV) ou Fonds Communs de Placement (FCP), des produits structurés (ou fonds à promesse) garanti au terme ou pas, et parfois dans des actions.

 

Le rendement de tels supports va dépendre généralement du comportement des marchés sous-jacents, et de l’évolution de l’indice de référence, ou par exemple du panier d’actions retenu dans le cas de fonds structurés. 

 

Dans le contrat, la valeur UC s’obtient en multipliant le nombre d’unités de compte par la valeur liquidative de cette même unité de compte. C’est l’investisseur qui supporte le risque en direct et les éventuelles variations à la baisse de l’UC. En effet, la valeur des UC n’est pas garantie mais est sujette à des variations à la hausse ou à la baisse et dépend de l’évolution des marchés financiers.   

 

Quelles UC choisir au sein de votre contrat ?

Selon les contrats, vous aurez un choix plus ou moins large d’UC issues d’une ou plusieurs sociétés de gestion et donc avec des classes d’actifs bien distinctes (obligataires, actions  diversifiées,  géographiques, thématiques, …).

 

Quel mandat de gestion choisir ?

 

1- La gestion Libre
La gestion libre
est réservée à des investisseurs avertis, qui souhaitent décider  eux-mêmes de la stratégie de placement et qui assument leurs choix.  Sauf à avoir des compétences financières pointues, il est complexe de choisir l’allocation d’actifs correspondant tant à son profil d’investisseur qu’aux conditions de marchés du moment, puis de suivre cette allocation en rééquilibrant l’épargne, et enfin de savoir vendre au bon moment.

 

Pour cela, il existe cependant des options innovantes qui permettent la gestion du  risque. Par exemple, le lissage des investissements pour atténuer les variations de marché, le « stop loss » ou limitation des moins-values (relatives ou absolues avec laquelle vous déterminez le seuil maximum de perte), ou encore la sécurisation des plus-values.

 

2- La gestion profilée
Si vous n’êtes pas un investisseur averti ou si vous manquez de temps, vous pouvez aussi choisir une gestion profilée clé en main. Dans ce cas, plusieurs profils vous sont proposés, à vous de retenir celui qui vous correspond :

  • un profil prudent si vous cherchez à sécuriser votre capital avec une dose faible d’actifs risqués ;
  • Un profil équilibré : une gestion équilibrée peut doper votre rendement avec une UC qui panache en permanence actions et obligations pour offrir potentiellement de meilleures performances sur la durée ;
  • Un profil dynamique offrant un potentiel de gains maximal en contrepartie d’une prise de risque élevée, par exemple un investissement avec 70% d’actions minimum et 30 % d’obligations maximum.

 

3- Les Fonds flexibles
Enfin, il vous est possible d’opter pour un fonds flexible. Ces fonds, aux caractéristiques spécifiques, offrent  en effet de nombreux avantages :     

  • le gérant a carte blanche pour investir sur toutes les classes d’actifs existantes sans contrainte d’exposition à priori,
  • la gestion est très réactive pour se positionner au meilleur moment sur les classes d’actifs les plus porteuses,
  • le gérant suit constamment la volatilité pour limiter les pertes au maximum,
  • le but poursuivi est de générer une performance positive même dans des marchés adverses et choisissant.

 

Note : Dans un fonds classique actions, le gérant doit suivre la politique d’investissement affichée dans le prospectus avec les degrés d’investissement minimum. Ainsi, sur un marché qu’il sait baissier, il devra néanmoins rester investi sur cette classe d’actifs. Son objectif consistera alors à faire les arbitrages les plus adaptés sur les valeurs en portefeuille et, en fin d’année, battre l’indice de référence même s’il est négatif.

 

Quoi qu’il en soit, avant de réaliser des choix au sein d’un contrat d’assurance vie, il convient de recenser la nature et le montant des autres UC détenues au sein de votre patrimoine financier (compte titres, PEA, autres contrats d’assurance vie multisupport, …), ceci pour avoir une vision globale de l’exposition au risque.   

 

 

A lire aussi sur le blog :

 

A lire également sur le site internet :