Le système de retraite français repose sur ce que l’on appelle 3 piliers :

  • 1er pilier : les régimes de base obligatoires
  • 2ème pilier : les régimes complémentaires obligatoires
  • 3ème pilier : les dispositifs de retraite supplémentaires facultatifs ou épargne retraite.

 

Mais concrètement, en quoi consistent-ils ? Qu’est-ce que la retraite supplémentaire et comment en bénéficier ?

 

Pilier 1 : Les régimes de base obligatoires

Que vous soyez salarié du privé, profession libéral, agent non titulaire de l’Etat ou encore exploitant agricole, vous êtes obligatoirement affilié à un régime de retraite de base dont l’organisme diffèrera selon votre statut.

 

Par exemple, un salarié du privé sera affilié à la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) alors qu’un salarié du secteur agricole sera affilié à la MSA (Mutualité Sociale Agricole).

 

Ce sont ces régimes de base qui vont déterminer le nombre de trimestres que vous aurez validé pour votre future retraite, sachant que selon votre parcours professionnel, vous pouvez parfaitement avoir cumulé des trimestres au sein de différents organismes.

 

Le nombre de trimestres permettra de savoir notamment à partir de quel âge vous pourrez prétendre à la retraite et sous quelles conditions (retraite à taux plein ou pas).

 

 

Pilier 2 : Les régimes complémentaires obligatoires

Aux régimes de base, viennent s’ajouter les régimes complémentaires et les régimes spéciaux.

Les régimes complémentaires permettent de définir le nombre de points que vous avez cumulé tout au long de votre carrière, chaque régime auquel vous aurez cotisé attribuant une valeur à ces points.

 

A titre d’exemple, les salariés du privé non cadres vont être affiliés à l’ARRCO (Association pour le Régime de Retraite Complémentaire des salariés) alors que les cadres le seront auprès de l’AGIRC (Association Générale des Institutions de Retraite des Cadres).

 

Le nombre de points et leur valeur détermineront le montant de la pension de retraite que vous percevrez et sous quelles conditions.

 

Le cas particulier des régimes spéciaux

Selon votre secteur d’activité professionnelle, vous pouvez également bénéficier de régimes de retraite dits « spéciaux ».

 

Il en existe une douzaine en France, chacun ayant ses propres règles de fonctionnement. Il va s’agir, par exemple, du régime de la SNCF, de celui des militaires ou encore de celui des clercs et employés de Notaires.

 

En règle générale, ces régimes spéciaux servent à la fois de régime de base et de régime complémentaire pour ceux qui sont concernés.

 

Pilier 3 : Les dispositifs de retraite supplémentaires facultatifs ou épargne retraite

Pour compléter les revenus provenant des régimes obligatoires, vous pouvez profiter de régimes supplémentaires appelés également « régimes de retraite surcomplémentaires ».

 

Indépendamment des solutions d’épargne que vous pourrez mettre en place pour financer des projets de toute nature comme l’assurance vie ou encore un investissement immobilier locatif, les produits entrant dans le cadre de la retraite supplémentaire serviront à vous apporter un complément de revenus une fois que vous serez à la retraite (sauf cas exceptionnels).

 

D’où la notion d’épargne retraite !

 

Facultatifs (sous certaines conditions parfois), individuels ou collectifs, les produits d’épargne retraite à votre disposition sont nombreux.

 

– Retraite supplémentaire : les produits d’épargne retraite souscrits à titre individuel

Il va s’agir principalement des produits suivants :

  • Le PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire)
  • Les produits d’épargne retraite destinés aux fonctionnaires ou aux élus locaux (PREFON, COREM, CRH, FONPEL, CAREL-MUDEL)
  • La RMC (Retraite Mutualiste du Combattant)
  • Les contrats « Madelin » destinés aux professions indépendantes
  • Les contrats « exploitants agricoles »

 

– Retraite supplémentaire : les produits d’épargne retraite souscrits dans un cadre collectif

Ce sont essentiellement des contrats souscrits par un employeur qui souhaite proposer à ses collaborateurs une solution d’épargne retraite :

  • Le PERCO (Plan d’Epargne pour la Retraite COllective) qui entre également dans le cadre du dispositif d’épargne salariale
  • Les contrats dits « article 39 » du Code Général des Impôts
  • Les contrats dits « article 82 » du Code Général des Impôts
  • Les contrats dits « article 83 » du Code Général des Impôts
  • Le PERE (Plan d’Epargne Retraite Entreprise)

 

Nous le savons tous, il est peu probable que les régimes obligatoires parviennent à nous garantir un niveau de vie acceptable une fois à la retraite.

 

L’apparition de la notion de retraite supplémentaire et d’épargne retraite a donc pour objectif d’aider les Français à se constituer des revenus supplémentaires afin de palier ce manque à gagner, tout en leur faisant bénéficier bien souvent d’avantages fiscaux incitatifs !

 

Que vous souhaitiez épargner à titre individuel ou si vous êtes un chef d’entreprise qui veut proposer une solution d’épargne retraite à ses collaborateurs, la diversité des produits nécessite d’être accompagné afin de faire les bons choix.

 

 

A lire aussi sur le blog :

 

A lire également sur le site internet :