Vous envisagez de souscrire un contrat d’assurance-vie ? Vous en possédez déjà un et vous vous demandez si vous ne devriez pas arbitrer, changer votre fusil d’épaule ? Alors que le comportement des marchés reste peu lisible, quelles attitudes adopter ?

 

La réponse n’est pas unique. Car tout dépend de la nature de votre contrat : fonds en euros ou investissements en unités de compte, mais aussi de votre aversion ou pas au risque. Dans les deux cas, il existe des solutions pour tirer le meilleur parti de votre contrat.

 

Contrats en unités de compte : arbitrer ?

Vous possédez un contrat en unités de compte. L’assureur ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte et non sur leur valeur, qui peut varier à la hausse comme à la baisse, en fonction de l’évolution des marchés financiers. Le risque lié aux fluctuations est supporté par le contractant.

 

Tout d’abord, rappelez-vous qu’un contrat d’assurance-vie est un produit d’épargne à long terme et que sa performance ne se mesure qu’au bout de 5 à 8 ans minimum. Les rendements des contrats en unités de compte se sont affaiblis mais un rebond des marchés financiers reste possible. Dans ces conditions, il convient d’être patient. Certes, vous avez la possibilité d’arbitrer et de réorienter votre épargne vers un fonds en euros. Mais vous risquez une moins value, que vous mettrez un certain temps à récupérer… ou que vous ne récupérerez pas !

 

Souscrire un contrat en euros ?

A partir du moment où vous n’avez pas encore souscrit, vous avez le choix entre orienter votre épargne vers le fonds en euros ou préférer un investissement en unités de compte. Si vous êtes d’une nature inquiète, privilégiez le fonds en euros, qui vous rapportera autour de 3,5 %. Peu de produits d’épargne sans risque peuvent se vanter d’en faire autant aujourd’hui. Votre capital est garanti par la compagnie d’assurances. Dans le pire des cas, si votre assureur était défaillant ou faisait faillite, vos dépôts en assurance-vie seraient garantis, par le Fonds de garantie, jusqu’à 70.000 euros par contrat.

 

Si vous aimez davantage la prise de risque, pourquoi ne pas miser, en partie, sur les actions ? Alors que les valeurs boursières ont beaucoup baissé, des opportunités existent : elles peuvent dynamiser le rendement de votre contrat en unités de compte.

 

Dans tous les cas, demandez conseil à votre conseiller en gestion de patrimoine, qui saura trouver la solution la plus appropriée à votre situation et à votre profil d’investisseur.

 

 

A lire aussi sur le blog :

 

A lire également sur le site internet :