Plus on avance en âge, plus on s’interroge légitimement sur l’âge à partir duquel on va pouvoir partir à la retraite. Les différentes réformes ne nous simplifient pas la tâche car il nous faut distinguer l’âge légal de départ à la retraite de celui où l’on pourra percevoir une retraite à taux plein !

 

Comment s’y retrouver ? Quelles seront les conséquences financières de votre décision ?

 

 

L’âge légal de départ à la retraite

L’âge légal où vous pouvez prétendre partir à la retraite va dépendre de votre année de naissance.

 

Vous êtes né(e) L’âge minimum de départ en retraite
Avant le 1er juillet 1951 60 ans
Entre le 1er juillet et le 31 décembre 1951 60 ans et 4 mois
En 1952 60 ans et 9 mois
En 1953 61 ans et 2 mois
En 1954 61 ans et 7 mois
A partir de 1955 62 ans

 

La retraite à taux plein

Mais si vous avez la possibilité de partir à la retraite à 60 ans ou 62 ans, cela ne signifie pas pour autant que vous allez toucher une pension de retraite à taux plein !

 

Pour en bénéficier, il vous faut avoir cumulé un certain nombre de trimestres de cotisations dont le barème va progressivement augmenter selon votre année de naissance.

 

 Vous êtes né(e)  Durée de cotisation
 Jusqu’en 1948 160 trimestres (40 ans) 
 En 1949 161 trimestres (40 ans et 1 trimestre) 
 En 1950  162 trimestres (40 ans et 2 trimestres)
 En 1951 163 trimestres (40 ans et 3 trimestres) 
 En 1952  164 trimestres (41 ans)
Entre 1953 et 1954  165 trimestres (41 ans et 1 trimestre) 
 Entre 1955 et 1957 166 trimestres (41 ans et 2 trimestres) 
 Entre 1958 et 1960 167 trimestres (41 ans et 3 trimestres) 
Entre 1961 et 1963  168 trimestres (42 ans) 
Entre 1964 et 1966   169 trimestres (42 ans et 1 trimestre)
 Entre 1967 et 1969 170 trimestres (42 ans et 2 trimestres) 
 Entre 1970 et 1972 171 trimestres (42 ans et 3 trimestres) 
A partir de 1973   172 trimestres (43 ans)

 

La décote sur la pension de base versée par la Sécurité Sociale

Si vous décidez de partir à la retraite, bien que vous n’ayez pas atteint la durée minimale de cotisation, vous allez subir des « pénalités ».

 

Là encore, le montant de la décote appliqué sur votre pension de retraite de base dépendra de votre année de naissance. Par exemple, si vous êtes né(e) après 1952, il sera de 1,25% par trimestre manquant, dans la limite de 25% soit l’équivalent de 20 trimestres.

 

Toutefois, la décote sera de facto supprimée si vous partez à la retraite, toujours selon votre année de naissance, entre 65 et 67 ans.

 

 Vous êtes né(e) Age de départ en retraite sans décote 
 Avant le 1er juillet 1951  65 ans
Entre le 1er juillet et le 31 décembre 1951  65 ans et 4 mois 
 En 1952 65 ans et 9 mois 
 En 1953 66 ans et 2 mois 
 En 1954  66 ans et 7 mois
 A partir de 1955  67 ans

Vous percevrez alors une pension de base au prorata du nombre de trimestres retenus pour le calcul de votre pension.

 

 

Retraite complémentaire : le cas particulier des salariés nés à partir du 1er janvier 1957

Vous êtes né(e) à compter du 1er janvier 1957 et vous remplissez toutes les conditions pour partir en retraite à partir du 1er janvier 2019 ?

 

Sachez que le montant de votre retraite complémentaire (ARRCO pour l’ensemble des salariés + AGIRC pour les cadres) sera temporairement minoré ou majoré.

 

L’objectif de cette mesure, appelée « coefficient de solidarité », étant de vous encourager à repousser votre départ en retraite.

 

La minoration n’est pas anodine puisqu’elle sera de 10% par an pendant au maximum 3 années.

 

Par contre, si vous poursuivez votre activité salariée, une majoration sera appliquée de :

  • 10% si vous décalez votre départ à la retraite de 2 années
  • 20% si vous décalez votre départ à la retraite de 3 années
  • 30% si vous décalez votre départ à la retraite de 4 années.

 

De plus, vous continuerez à cumuler des points de retraite ce qui peut vous faire bénéficier d’une surcote de votre pension de base.

 

Si vous demandez votre départ en retraite avant le 1er janvier 2019, bien que né(e) à compter du 1er janvier 1957, vous ne serez pas concerné(e) par cette mesure.

 

Outre ces règles, de nombreux cas particuliers tels que le handicap, les carrières dites longues, la pénibilité de votre travail, les arrêts longue maladie… sont pris en compte pour déterminer :

  • l’âge légal auquel vous pourrez partir en retraite
  • le calcul de vos trimestres validés
  • le montant de vos pensions de base et complémentaires.

 

 

Compte tenu des récentes élections présidentielles et de l’arrivée du nouveau gouvernement, il est difficile de savoir si une réforme du système de retraite est à prévoir prochainement et quelle en sera la teneur. 

 

Il est donc important que vous vous rapprochiez de vos caisses de retraite pour vous aider à prendre la bonne décision en réalisant un bilan de votre situation personnelle mais aussi une simulation du montant de vos pensions de retraite.

 

Pour votre pension de base, n’hésitez pas à consultez le site de l’assurance retraite : cliquez ici

 

Pour vos pensions complémentaires, vous pouvez consulter le site de l’AGIRC-ARRCO : cliquez ici

 

 

 

A lire aussi sur le blog :

 

A lire également sur le site internet :