En réponse à la crise financière, le gouvernement met en place des mesures budgétaires supplémentaires afin de réaliser de nouvelles économies. La réforme des retraites adoptée en novembre 2010 n’échappe pas à cette réflexion. 


Sa mise en application était prévue dès le 1er juillet 2011, mais les pouvoirs publics ont décidé de l’accélérer. Le passage de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans se fera donc dès 2017, et non pas en 2018, comme envisagé initialement.

 

La loi portant réforme des retraites publiée le 10 novembre 2010 prévoyait le recul progressif de l’âge légal de départ à la retraite de 60 ans à 62 ans. Concrètement, cet âge légal était augmenté de quatre mois chaque année. Avec cette réforme, la retraite attribuée à taux plein passait également, et de manière progressive, de 65 à 67 ans.

 

 

Nouvelle réforme des retraites, version 2011

Conformément aux annonces du gouvernement, l’Assemblée nationale a adopté le 22 novembre 2011 l’accélération du relèvement à 62 ans de l’âge du départ à la retraite. L’application de la réforme 2010 va donc être avancée d’un an. Il ne s’agit pas de pousser l’âge légal au-delà de 62 ans, mais de réduire la période de transition, prévue à l’origine en 2018.

 

Les salariés du secteur privé nés entre 1952 et 1955 devront désormais travailler de 1 à 4 mois supplémentaires par rapport à la réforme initiale de novembre 2010 :

 

Tableau des retraites suite aux plan de rigueur 2011 - nouvelle réforme
Tableau de l’âge de départ à la retraite (réforme 2010 – réforme 2011)

La réforme va concerner pas moins de 155 000 personnes qui devront retarder leur départ à la retraite en 2012.

 

Une mesure destinée à rassurer les marchés ?

Selon le gouvernement, cette accélération doit conforter la réforme de 2010 et permettre de diminuer de plus de 4,4 milliards d’euros les déficits cumulés des régimes de retraite entre 2012 et 2016. Elle est également destinée à rassurer les marchés financiers dans un contexte de crise financière, focalisé autour de la problématique des dettes souveraines.

 

 

A lire aussi sur le blog :

 

A lire également sur le site internet :