Nous sommes nombreux à avoir reçu l’avis nous invitant à déclarer prochainement nos revenus auprès de l’administration fiscale. Certains d’entre nous vont pouvoir bénéficier d’avantages fiscaux comme une déduction fiscale, une réduction ou encore un crédit d’impôt*, qui vont diminuer leur imposition. Mais connaissez-vous la différence entre ces mécanismes d’économie d’impôt ?

 

La déduction fiscale

Elle vous permet sous certaines conditions de déduire des sommes de votre revenu net global comme, par exemple, les cotisations versées dans le cadre d’un plan d’épargne retraite (PERP) ou vos frais professionnels. Vos revenus imposables seront donc diminués en conséquence. Dans certains cas, un plafond peut être appliqué et un report des sommes restant à déduire peut être envisageable.

 

La réduction d’impôt

Contrairement à la déduction fiscale, ce ne sont plus vos revenus imposables mais le montant de votre impôt brut qui va être impacté. En effet, lors de certaines dépenses comme un don à un organisme caritatif ou un investissement locatif de type « Scellier », vous allez pouvoir profiter d’une réduction de votre impôt correspondant à un pourcentage des sommes engagées dans les limites d’un plafond.

 

Si le montant de votre réduction d’impôt venait à être supérieur au montant de l’impôt brut, vous ne serez pas remboursé, sauf exceptions,  de la différence (fraction non imputée) tout comme vous ne pourrez pas reporter cette différence sur l’impôt dû au titre des années suivantes.

 

Le crédit d’impôt

Le crédit d’impôt a pour objectif notamment de soutenir certains secteurs d’activité. En effet, la réalisation de dépenses ou d’investissements peuvent ouvrir droit à crédit d’impôt. Par exemple, dans le cas des mesures liées au développement durable, les travaux effectués dans votre résidence principale pour réaliser des économies d’énergie pourront faire l’objet d’un crédit d’impôt (sous conditions).

 

Tout comme la réduction d’impôt, le crédit d’impôt s’applique sur le montant brut de l’ impôt  progressif, mais une fois les éventuelles réductions d’impôt défalquées.

 

Ce qui le distingue en revanche, c’est que si le crédit d’impôt est supérieur au montant d’impôt dû, la différence (ou la totalité si vous n’êtes pas imposable) peut vous être  remboursée par l’administration fiscale (selon certaines conditions).

 

Déduction fiscale, réduction d’impôt, crédit d’impôt : quelle que soit votre situation et votre taux d’imposition, veillez à bien distinguer ces trois notions !

 

*sous réserve de la législation fiscale en vigueur

 

 

A lire aussi sur le blog :

 

A lire également sur le site internet :