L’assurance-vie est aujourd’hui une solution avantageuse pour constituer une épargne destinée à la retraite. Outil de placement souple et sécurisé, elle assure aussi des garanties fiscales non négligeables. Tour d’horizon
des points forts de l’assurance-vie pour optimiser votre retraite.

 

L’assurance-vie : un atout dans le contexte économique actuel

L’allongement de la durée de vie et la baisse de la natalité ont des conséquences sur le rapport entre les inactifs et les actifs. Ainsi, le système de retraite par répartition – ceux qui travaillent aujourd’hui financent la retraite de ceux qui ont cotisé hier – se voit déséquilibré. Les crises économiques causent des périodes de chômage prolongées. Beaucoup n’auront pas la possibilité d’avoir un niveau suffisant de retraite. Dans ce contexte, l’assurance-vie peut être une solution optimale. Elle permet de compléter les revenus au moment du départ à la retraite. Il s’agit aussi d’un bon outil d’épargne et d’investissement.

 

Un outil de placement rentable

L’assurance-vie est un produit qui s’inscrit dans le long terme, tout en alliant sécurité et rentabilité. Il permet de gérer votre capital avec des supports financiers variés. Libre à vous de choisir celui qui convient le plus à votre profil d’investisseur. Vous voulez profiter de l’activité des marchés financiers, quitte à prendre quelques risques ? Optez pour un profil « dynamique » ou « performant ». Vous préférez jouer la sécurité ? Choisissez les fonds monétaires ou en euros (« fonds en euros ») : des gains modestes, mais des risques limités au maximum.

 

Les établissements financiers spécialisés peuvent vous proposer des contrats dédiés à la retraite, les « fonds à horizon ». Ils s’appuient d’abord sur des supports financiers plus « risqués » (au début de votre souscription, quand votre retraite est encore une échéance lointaine), puis sur des fonds « sécurisés », durant la période qui précède votre départ à la retraite. Ce dosage mettra votre capital à l’abri d’une conjoncture économique incertaine. Les versements réalisés pendant les années d’épargne permettent au futur retraité de générer des revenus garantis jusqu’au décès. A chaque niveau de versement correspond un seuil minimum de revenu « retraite ».

 

Un outil fiscal performant

L’assurance-vie vous permet de constituer un capital dans un cadre fiscal optimisé. Les plus values sont exonérées d’impôt au bout de huit ans, avec des abattements (4600 euros pour une personne seule et 9200 pour un couple). Vous pouvez également transformer votre capital en rente viagère. Cette option vous donne la possibilité de bénéficier d’un abattement plus important. Même si les versements ne donnent pas d’avantages fiscaux, les placements sont libres, et leur modification n’engendre aucune conséquence au niveau de l’imposition. En cas de décès du souscripteur avant l’âge de soixante-dix ans, le capital serait exonéré d’impôt (plafond de 152500€ par bénéficiaire).

 

Un outil d’épargne souple

L’assurance-vie est un placement qui vous permet de gérer votre épargne avec souplesse. A la date de la sortie, vous avez la possibilité de récupérer vos fonds sous la forme d’une rente ou d’un capital. Une des solutions proposées sera le Rachat Partiel Programmé (RPP), qui vous permet d’assurer un revenu régulier. Pendant ce temps, votre capital continue à se développer.

Côté versements, l’assurance-vie est aussi un outil très flexible. Programmés ou libres, ces versements peuvent être arrêtés ou modifiés à tout moment. C’est vous qui choisissez le rythme.

 

Conseils pratiques

Si vous êtes à dix ans de votre retraite, pensez à souscrire à un contrat d’assurance-vie. Choisissez les formules dédiées à la retraite pour avoir une bonne visibilité de la constitution de votre capital. A partir de là, optez pour des versements réguliers. Vous l’aurez compris, le complément de revenu que vous aurez à la retraite sera à la hauteur de ce que vous aurez épargné, délais et montants…

Au moment de la retraite, vous disposerez d’un capital en choisissant une de ces trois options :
•    toucher des rentes mensuelles ou trimestrielles,
•    retirer les intérêts de vos fonds, ce qui garantirait une meilleure transmission de patrimoine,
•    récupérer les intérêts et une partie du capital.

 

A lire aussi sur le blog : 

 

A lire également sur le site internet :